Vous êtes ici : Accueil /Patrimoine / Les chemins ruraux

ÉTAT DES LIEUX DES CHEMINS - VERLHAC

Avancement au 28/06/2013

 

1)Avancement à ce jour

- 5 randonnées de reconnaissance, effectuées sur 5 zones différentes,  en mai et juin
- une dizaine de participants
- 1 réunion en mairie pour examen du cadastre

- 1 document récapitulatif support établi

 Le travail est encore en cours
- des zones restent à couvrir

- les zones déjà explorées doivent être précisées  (par examen du cadastre, et au besoin retour sur terrain)
- des contacts doivent être pris avec les communes limitrophes (notamment pour identifier les circuits plus larges)

2) Premières conclusions d’ordre général

 - un patrimoine spécifique, important et précieux

On s’en doutait, mais les visites le confirment et ont été pour tous les participants l’occasion de belles découvertes.

Sur Verlhac le réseau des chemins ruraux est important en volume (40 km, une cinquantaine de chemins) du fait de la superficie de la commune et de sa topographie très variée (collines et rivières). Ces chemins constituent une composante spécifique et précieuse du patrimoine communal passé, présent et à venir : reflet d’un mode de vie passé (noms des lieux, vestiges), patrimoine naturel (faune, flore, topographie, vues), outil de travail des agriculteurs, accès et liens entre habitations, instrument de loisirs et découverte. Ils participent de l’identité communale.

Il revient  au Conseil Municipal de définir une politique par rapport à ce patrimoine. Le travail de recensement en cours est une opportunité pour cela et notamment pour réaffirmer le caractère public des chemins (bien communal). Sans préjuger aucunement d’actions systématiques ou exhaustives de type réouverture, remise en état et entretien, tous les chemins ne présentant pas le même intérêt.

 - Peu de chemins vendus ou « annexés »

Contrairement à certaines rumeurs ou préjugés, les cas de chemins vendus par la commune ou « annexés » dans les faits par les propriétaires riverains semblent limités (à confirmer par la mairie). 

 - Un nombre significatif de chemins (ou tronçons) impraticables

Certains chemins sont devenus impraticables, envahis par les broussailles, ou ont quasiment disparu (traces), simplement parce qu’ils ne correspondaient plus à un besoin de desserte (exploitation agricole ou accès particulier).

 - Un entretien assuré par la commune… et les agriculteurs riverains

Il faut ici souligner que l’entretien des chemins communaux est assuré par les employés communaux et souvent, par les agriculteurs riverains (qui en sont les premiers utilisateurs). C’est ici l’occasion de remercier, les uns et les autres.

 - Des passages  en terrains privés

Dans les cas de chemins impraticables (broussailles) ou annexés (champ cultivé) il existe parfois des contournements (larges, bien tracés et largement utilisés) sur terrains privés. De même le bouclage de certaines zones conduit au passage en terrain privé.Des accords (commune/privé) pourraient être au besoin recherchés.

 Bref, une fois la politique établie, c’est une solution au cas par cas qui doit être recherchée

- En fonction de l’intérêt du chemin (petite portion en impasse ou au contraire boucle)
- En fonction de son état (important travail de nettoyage, difficulté d’entretien futur)

- En échangeant avec les riverains (par exemple en cas de chemin annexé, rétablir le tracé initial ou établir un nouveau tracé compatible avec les intérêts de tous, des riverains et de la commune)

3)Propositions à court terme

- Une portion du chemin dit de Pébril à Teulan pourrait être nettoyée cet été par l’association HIAUDE
 ; cette portion de 350 m environ permet de faire la jonction entre le chemin de Marchandel et la route de la Vinouze ; c’est un joli chemin dans les bois, assez proche du village.
- Le chemin dit de la Rivière est actuellement interrompu sur environ 700 m (champ cultivés). Ce chemin permet de traverser la commune d’Ouest en Est, entre le Fourc et Cardone sur environ 6km. Il sert d’accès aux terres cultivées en bordure du Tescou. Il est large et praticable partout sauf sur ce tronçon qui devrait pouvoir être réouvert (quitte à être déplacé vers la partie côteaux ou vers le Tescou si cela s’avère judicieux en termes d’exploitation). Contact et travaux à assurer par la mairie (après la récolte !)
- Le chemin rural de Pébril est actuellement interrompu sur 200 m environ (débroussaillage relativement important). D’une longueur total de 430 m il fait la jonction entre la route de Montauban et Marchandel. Il est intéressant car tout proche du village (petite boucle accessible au plus grand nombre). Il est marqué par une croix qui pourrait être dégagée et mise en valeur. Une contrainte technique forte est à examiner en préalable : la présence de la station d’épuration et  l’évacuation des eaux.
- Les chemins Servals/Marchandel/Côte de Guerre sont dans l’ensemble larges, bien tracés et permettent des boucles intéressantes : Marchandel rejoint Servals par un court tronçon privé (250m - à préciser sur cadastre) : accord à rechercher avec les propriétaires. Côte de Guerre passe à proximité de maisons : à ce niveau tracé à préciser et clarifier en accord avec les propriétaires. Servals est impraticable sur 1/3 final vers le Nadalou (traces): son rétablissement est à étudier ; en attendant il existe une solution de contournement par une boucle de Servals et un court tronçon privé (250m) : accord à rechercher avec propriétaires - Achat par la commune d’un matériel adapté à l’entretien des chemins (broyeur) : ce projet, souvent abordé au Conseil, a été budgété en 2013.

Par ailleurs et pour information

- l’association HIAUDE s’associera à la fête du village en proposant une randonnée en soirée avec pique nique, le dimanche 25 août avant le feu d’artifice (vu avec le Foyer Rural)
-Elle prévoit une animation (modeste) à l’occasion des journées nationales du Patrimoine (les 14 et 15 septembre). Le programme n’est pas encore arrêté (conférence de M. de Viguerie, randonnée, inauguration des statues restaurées ??, restauration petit patrimoine à définir